En savoir plus sur le Team Barjo

GPinside

  1. Le Grand Prix d’Autriche a été aussi sombre pour Yamaha que le ciel ne l’a été en fin de course.

    Un Grand prix où Rossi n’a pourtant pas démérité en finissant sixième alors que son coéquipier, Maverick Vinales n’a terminé que douzième.

    Ainsi passée la course, et les plates excuses du responsable du projet MotoGP, monsieur Kouji Tsuya, intervenues la vieille de course, ces scénarii dignes d’un polar permettent en revanche de faire la lumière sur les déboires rencontrés par l’Espagnol lors de ce désastreux weekend sur le circuit du Red Bull Ring.

    On le savait que des problèmes de pneus avaient affectés les motos des deux pilotes, mais ce que nous ne savions pas et que l’on apprend, c’est qu’à cela s’était rajouté des soucis de capteur sur la moto de Maverick Vinales, venant ainsi perturber la mise au point de la M1, expliquant ainsi, le bouscueil du weekend.

    « Cette course fut pire que d’habitude. On ne pas prendre de plaisir à piloter de cette façon », a vociféré l’Espagnol à la suite de la course. Je n’explique pas ce qui s’est passé, je n’avais aucune puissance au départ. J’ai été dépassé par tout le monde. Cela n’a rien à voir avec moi, avec ma concentration. Le problème rencontré avec les capteurs semble être résolu, mais de toute façon le résultat est là et les réglages n‘étaient pas bons pour la course. Mais ce n’est pas pour le moment notre plus gros problème ».

    Difficile certes d’encaisser le coup quand on sait que ce « gros problème » qu’évoque Vinales sans le dire ouvertement, est lié à l’accélération qui fait tant défaut à la M1. Et l’Espagnol râle d’autant plus que ce problème trouve ses origines en 2017 et depuis lors, aucun remède n’a été trouvé pour y remédier.

    « J'ai essayé de changer mon style de pilotage, mais c'était impossible. La seule chose que nous puissions faire est toujours de penser à la prochaine course » insiste l’Espagnol

    « Nous sommes une équipe soudée et Yamaha est conscient que la moto est aujourd'hui, distancée. Le choix d’orientation qui a été pris depuis l’an passé, n’est pas le bon » a poursuivi le pilote Yamaha.

    Pas évident alors, au regard de ses piètres résultats, de rester concentrer, d’être serein, et de garder son calme :

    « C'est facile de critiquer quand les choses vont mal et d'applaudir quand elles vont bien, çà tout le monde sait le faire avait lancé dès le samedi Maverick Vinales, déjà très remonté contre les médias particulièrement.

    « J'aimerais que les médias Espagnols me soutiennent, comme ils le font pour les autres pilotes. Cela fait plus d’un an que je dis et redis la même chose et au final on prend çà pour des excuses. C'est vraiment très frustrant. J’en tirerai une leçon c’est sûr » a conclu le pilote Yamaha.

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook


     


  2. A l’occasion du Grand Prix d’Autriche voyant la victoire d’une Ducati au guidon de laquelle se trouvait Jorge Lorenzo, Marc Marquez s’est fait coiffer au poteau en finissant second, tandis que son coéquipier Dani Pedrosa a fini seulement septième.

    Le Champion du monde en titre a accentué sa position de leader au Championnat, reléguant, son adversaire direct, Valentino Rossi, 59 points derrière. Dani Pedrosa, qui n’est pas au bout de sa peine, prendra une retraite bien méritée fin 2018.

    Alberto Puig, Team Manager de Honda Repsol a fait une synthèse de la course passée concernant ses deux pilotes :

    « Pour Marc, la stratégie consistait à pousser dès le départ et à essayer de se creuser l’écart. Mais c'était très difficile, car nous savions que les pilotes Ducati avaient un grand potentiel. Marc a fait un excellent travail et a eu une chance de pouvoir gagner jusqu'au dernier tour. Marc a aussi prolongé son avance au classement général pour la cinquième fois consécutive. Honda est maintenant en tête du championnat des pilotes, des équipes et des constructeurs. Dani essaie toujours de bien faire et de suivre le groupe de leadership. Son départ n'était pas si mal, mais rapidement, il s'est trouvé pris dans le peloton et a perdu quelques places. Il est passé de la 7ème à la 14ème place. Cela a rendu sa course très difficile, mais il a dépassé de nombreux pilotes pour finir septième. On a eu du grand spectacle pour les fans. La bataille entre Lorenzo et Marquez était vraiment très sympa ».

    Et de poursuivre en concluant :

    « Ce Grand Prix était très spécial pour nous car c'était la course à domicile de Red Bull, qui organise toujours des activités très intéressantes pour nos pilotes. Jeudi, un événement intéressant a eu lieu à Vienne auquel Marc a participé. Il a ainsi soutenu la campagne «No Ride without Training», qui vise à rendre le motocyclisme sur les routes autrichiennes plus sûr ».

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook


  3. La piste Mexicaine n’est pas encore homologuée pour le Championnat du Monde MotoGP,  qu’elle est sujette à discussions et interrogations diverses à juste titre d'ailleurs, et pour cause. Le temps presse car la première course doit se dérouler sur le circuit de Formule 1, au Mexique, pour la première, en avril 2019. Marc Márquez et Andrea Dovizioso se sont exprimés à ce sujet.

    « Nous ne le savions pas avant la réunion de la Commission de sécurité à Brno. Les plans étaient certes intéressants, mais sur des plans, ce n’est pas évident de tout comprendre et de se projeter. Mais ils travaillent déjà sur la piste et veulent changer beaucoup de choses concernant certaines zones. Si des personnes telles Franco Uncini et Loris Capirossi, responsables de la sécurité, ainsi que Carlos Ezpeleta voient que ce n’est pas sûr, alors nous ne conduirons pas là-bas. Mais il est impossible de juger d'après les plans si la sécurité est suffisante ou non », a précisé Marc Márquez.

    « Nous en avons parlé à Brno et en Autriche. Ce n’est pas encore très clair. Nous avons donné notre avis, mais on ne pas juger d’un projet que par la lecture de plans. Si cela fonctionne, nous devons faire un test. Je ne connais pas tous les détails du dossier. Pour le moment, je ne pense pas que nous allons courir au Mexique » a ainsi confié Andrea Dovizioso. 

    Márquez a poursuivi et conclu : « C'est un circuit très différent car il est en ville et a des courbes particulières. Ce genre de courbes ne sont pas faites pour me déplaire. Si nous devons y aller, ça me va. Ce n'est pas un problème pour moi. Mais s'il vous plaît, pas plus de 20 courses par saison. Il y en a déjà trop ».

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook


  4. C’est par la voix de Lin Jarvis, Le Directeur Sportif de Yamaha, interviewé par MotoGP.com que la nouvelle est tombée. Une officialisation, plus qu’une nouvelle d’ailleurs, puisque la rumeur courait depuis quelques jours déjà. La nouvelle équipe SIC PETRONAS YAMAHA sera rejointe, en 2019, par Fabio Quartararo et Franco Morbidelli.

    « Je ne dirais pas que nous n’avons aucun mot à dire, mais la décision finale concernant le choix des pilotes est malgré tout évoqué pour l’équipe satellite. C’est une équipe indépendante. Bien sûr, à notre avis, les pilotes choisis doivent être au niveau de la conduite de la M1. Nous avons choisi un pilote très intéressant, Franco Morbidelli, car il est champion du monde et fait partie de la VR46 Academy. Il a vraiment du talent. Je pense qu'il sera plus fort avec la M1 que cette année avec la Honda. Dans le cas de Franco, il n'y avait aucun doute depuis le début ».

    Et de poursuivre à propos de Quartararo :

    « Quartararo sera une bonne recrue. Il est jeune, âgé de seulement 19 ans et très talentueux. Il a perdu du temps pendant un an ou deux, mais il s’est encore montré prometteur cette année. Je pense qu'il peut être un très bon pilote pour l'avenir. Le cas de Syahrin a montré qu'un pilote talentueux qui n'a aucune attente peut être perforant. Nous sommes donc très à l’aise avec ce choix ».

    Celui que l’on surnomme ainsi, le jeune prodige de la moto, car tout juste âgé de 19 ans, Fabio Quartararo, devra faire ses preuves en se retrouvant projeter d’un coup d’un seul en MotoGP alors même qu’il n’est détenteur, à ce jour, que d’une seule victoire en Moto2. Une lourde responsabilité pour si peu s’expérience pourrait-on dire..

    Il œuvrera au côté de l’expérimenté Franco Morbidelli, de quatre ans son aîné, et Champion du Monde en titre de Moto2, sur une Kalex avec son Team actuel Marc VDS Racing. Il évolue depuis le début de l'année 2018 sur une Honda.

    Une future belle équipe en devenir, avec des pilotes aux dents longues qui seront lorgnés par la Maison Mère d’Iwata sans nul doute…

    Interrogé in fine, sur le matériel qui sera fourni à ce nouveau team Satellite, Lin Jarvis a rétorqué :

    « Ce sera similaire à celui qu’a Tech3 ou mieux que cela ».

     

    Le Rendez vous est donc fixé en 2019....

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook


     

     


     

  5. La course Autrichienne fut une belle course pour les deux Ducati au regard des résultats obtenus : une première place sur le podium pour Jorge Lorenzo et une troisième position pour Andrea Dovizioso.

    Remporter 5 des 11 courses disputées pour les Rouge n’est certes pas le fruit du hasard : cela s’inscrit dans un process d’évolution de la Desmosedici qui a pris naissance en 2017, qui se poursuit en 2018 et qui vient, depuis lors, chahuter la Honda sur des circuits, où elle se croit encore dominatrice.

    Mais hélas, même si la mécanique tourne et ronronne, il arrive que les hommes, les pilotes, eux, soient à la dérive…Qu’un Jorge Lorenzo, ne se révèle que sur le tard, et qu’un Andréa Dovizioso accumule les bévues, pour que ne s’envole un Championnat 2018, qui au final semblait à porter de guidon...

    Comme le rapporte Marca, Gigi Dall’Igna s’est confié à propos de cette course haletante :

    « Ce circuit nous était favorable ainsi qu’à Honda. Nous sommes très heureux que Jorge aille si vite. Il a probablement fait la meilleure course de sa vie en termes de contrôle des pneus, de consommation et de dépassement ».

    Et de rajouter malgré tout sur la réserve :

    « Je ne pense pas que nous ayons la chance de jouer le championnat du monde. Nous devons essayer de gagner autant de courses que possible et ensuite voir où nous serons à la fin de la saison ».

    Une prise de conscience au sein du Team Ducati, que l'avance générée par Marc Marquez au Championnat, est désormais trop importante, même si la Desmosedici dispose à ce jour, de vraies armes pour rivaliser...

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

     

     


  6. Jorge Lorenzo et Marc Marquez se sont battus jusqu'à l'arrivée du Grand Prix d'Autriche. Vous pouvez revoir gratuitement le dernier tour de la course.

    Jorge Lorenzo lui-même le dit : sa victoire sur le Red Bull Ring de Spielberg est l'une des plus belles de sa carrière. D'abord dominé par Marc Marquez, Jorge Lorenzo a ensuite trouver les dixièmes qui manquaient pour revenir sur le pilote Honda, puis le doubler.

    La suite : un enchaînement de dépassements, un combat fantastique, digne de ce que la catégorie MotoGP offre de plus beau. Et, à l'arrivée, le troisième succès de l'année pour Lorenzo, vainqueur pour 130 millièmes devant son rival, compatriote et futur coéquipier Marquez.

    Le site officiel du championnat vous propose de revoir et revivre le dernier tour, décisif pour l'issue du Grand Prix. Tout ce que vous avez à faire est vous créer un compte, ou vous connecter si vous en avez un. C'est entièrement gratuit, et ce dernier tour est à revoir en cliquant ici.

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

  7. Thomas Lüthi va quitter la catégorie MotoGP. Le Suisse effectuera la saison 2019 dans l'équipe Dynavolt Intact GP, en championnat du monde Moto2.

    Il avait attendu la dix-septième saison de sa carrière pour y aller : Thomas Lüthi n'aura finalement passé qu'un an en MotoGP. Le Suisse, dont l'équipe actuelle (Estrella Galicia 0,0 Marc VDS) ne sera plus en catégorie reine en 2019, va retourner en Moto2, où il a évolué de 2010 à 2017.

    Onze Grands Prix ont déjà été disputés et Lüthi, en difficulté au guidon de sa RC213V, n'a toujours pas marqué de point. « Le MotoGP est toujours un rêve qui se réalise pour moi, mais les circonstances n'ont pas rendu les choses faciles ces derniers mois », a-t-il confirmé. Il lui reste huit chances pour rentrer dans le top-15, lui qui a déjà terminé seizième à trois reprises.

    Vice-champion du monde Moto2 en 2016 puis 2017, Lüthi va retrouver une catégorie où il a déjà brillé. Il roulera dans le box Dynavolt Intact GP, un team allemand qui fera également rouler Marcel Schrötter. « Une équipe forte, fiable et organisée où les performances de premier ordre sont réalisables,a commenté le Suisse. Je suis impatient de tout donner à nouveau en Moto2 l'an prochain. Mon rêve continue, et à présent je suis pleinement concentré sur la seconde partie de saison MotoGP. »

    Jürgen Lingg, qui dirige la structure Dynavolt, se réjouit de cette signature. « Son expérience en MotoGP va nous aider l'an prochain, lorsqu'un nouveau chapitre va s'ouvrir en Moto2 avec l'arrivée des moteurs Triumph et de Marelli au niveau de l'électronique. Ses nombreuses victoires dans le passé montrent qu'il est un très bon pilote de Moto2. Il apporte tout ce qu'il faut pour cette nouvelle catégorie. Nous sommes impatients de partager la route ensemble, et bien sur nous allons mettre les bouchées doubles pour lui fournir le meilleur package possible. »

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

  8. Johann Zarco a terminé neuvième du Grand Prix d'Autriche, sur une piste où les pilotes Yamaha étaient en souffrance.

    Seul pilote Yamaha qualifié dans le top-10, Johann Zarco pouvait difficilement espérer se battre dans le top-10, au regard des difficultés rencontrées par la M1 sur le Red Bull Ring de Spielberg. Mais le Français, comme toujours, y croyait. Et promettait de faire son maximum.

    Auteur d'un premier tour délicat, Zarco s'est battu durant ses 40 minutes de course. Pris dans une bagarre à trois, le pilote Tech3 est parvenu à se défaire d'Alvaro Bautista et Esteve Rabat pour franchir le drapeau à damiers neuvième. Pas de quoi sauter au plafond, mais tout n'est pas à jeter au regard des circonstances.

    « Ce fut une course assez difficile, résume Zarco. Mon départ était correct, mais arrivé au premier je n’ai pas su prendre l’avantage, j’ai perdu pas mal de places et malheureusement je n’ai pas été en mesure de les récupérer. On connaît le déficit que l’on peut parfois rencontrer, mais en course c’est une chose encore plus compliquée à gérer. Notre rythme n’était pas super rapide non plus, preuve en est je n’ai pas été en mesure de boucler des tours en 1’24 comme j’avais pu le faire aux essais. Pourtant j’aimais bien ce pneu soft. Nous avons essayé le médium au warm-up, mais ça ne m’a pas permis d’aller plus vite. »

    « En résumé, j’ai pas mal souffert sur cette course. Malgré tout j’ai tenté le maximum. Sur la fin je me suis retrouvé en bagarre face à Álvaro et Tito. Petit lot de consolation, je termine devant eux. » Il est par ailleurs le deuxième pilote Yamaha derrière Valentino Rossi (sixième), puisque Maverick Viñales est arrivé douzième.

    Au classement du championnat, Zarco perd une position au profit de Danilo Petrucci, qui lui prend sa sixième position. Tout reste serré puisqu'il n'y a que 10 points d'écart entre Maverick Viñales, cinquième, et Cal Crutchlow, huitième.

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

  9. Alvaro Bautista le confirme : il va quitter la catégorie MotoGP. L'Espagnol ira en Moto2 ou en Superbike.

    L'équation de la grille du championnat du monde MotoGP 2019 arrive à son terme. Avec deux motos en moins et trois pilotes qui arrivent de la catégorie Moto2, des pilotes MotoGP vont quitter la catégorie. C'est le cas de Scott Redding, de Bradley Smith. Et c'est désormais celui d'Alvaro Bautista.

    L'Espagnol n'a en effet toujours pas signé de contrat pour 2019, alors qu'il n'y a plus aucune place. Bautista espérait faire partie de la nouvelle équipe SIC-Angel Nieto Yamaha, mais Franco Morbidelli et Fabio Quartararo ont été préférés (l'annonce devrait intervenir lors du Grand Prix de Grande-Bretagne).

    « Je ne sais pas où je serai la saison prochaine, je le déciderai après cette course… mais je n’ai aucune chance de rester en MotoGP, confirmait Bautista au micro de motogp.com avant le Grand Prix d'Autriche. Actuellement, diverses options se présentent à moi : en Moto2 avec Gresini ou sur la nouvelle MV Agusta, ainsi qu’en WorldSBK. J’ai des offres de BMW, Honda et Ducati. »

    Première option, donc : retourner en Moto2. Mais à bientôt 34 ans, alors qu'il a quitté la 250cc en 2009, qu'il a passé neuf ans en MotoGP et au regard des échecs de ses prédécesseurs (Hector Barbera, Yonny Hernandez...), cela peut lui jouer des tours.

    La deuxième option : aller en championnat du monde Superbike. Et pourquoi pas chez Ducati ? Paolo Ciabatti, directeur sportif de Ducati Corse, parle d'une « option que nous considérons. Marco Melandri, notre pilote actuel, réalise de très bonnes prestations, mais nous explorons toutes les options et oui, Álvaro Bautista en fait partie. Je pense que nous nous déciderons d’ici une dizaine de jours, pour ce qui est de cette équipe Superbike ».

    Arrivé en mondial en 2003, Alvaro Bautista a été sacré champion du monde 125cc en 2006. Vainqueur de 16 Grands Prix dans sa carrière, il est en MotoGP depuis 2010 et a connu quatre constructeurs différents (Suzuki, Honda, Aprilia, Ducati). Sa meilleure saison date de 2012, lorsqu'il avait terminé 5ème du championnat (178 points). Il est monté 3 fois sur le podium, le dernier au Mans en 2014.

    L'Espagnol est actuellement classé treizième au championnat avec 57 points, et une 5ème place au Sachsenring comme meilleur résultat. Il est revenu à seulement 9 longueurs de la dixième place occupée par Alex Rins.

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

  10. Sixième en Autriche, Valentino Rossi a limité les dégâts et réalisé une belle remontée après s'être qualifié quatorzième. 

    Valentino Rossi a vécu un week-end des plus mouvementés. Vendredi, l'Italien a été victime d'un problème mécanique sur sa M1 (couronne cassée). Puis, piégé par la pluie, il a dû passer par la séance de repêchage. Et a échoué en Q1, réalisant sa pire qualification depuis Phillip Island 2016. Dans la foulée, Yamaha s'est excusé pour les résultats de ses pilotes.

    Il a donc fallu que Rossi se retrousse les manches pour aller chercher un bon résultat. De quatorzième sur la grille, le pilote Yamaha est parvenu à remonter jusqu'au sixième rang.« J'ai pu prendre du plaisir parce que j'ai remonté des positions, fait de bons dépassements et personne ne m'a doublé », souligne-t-il à l'arrivée. Puis raconte :

    « Au warm-up nous avons essayé quelque chose de différent que j'ai aimé. Malheureusement je n'étais pas rapide, mais j'ai pu gagner en régularité sur mon rythme et moins user le pneu arrière. J'ai pris un bon départ, mais j'étais dans le peloton. J'ai dû lutter au début, puis j'ai pu remonter. »

    Englué dans le peloton, Rossi a laissé les meilleurs partir. Mais le Docteur reconnaît qu'il n'aurait de toute façon pas fait mieux que cinquième, même en cas de bonne qualification.« Si j'avais pu participer à la Q2 et partir un peu moins loin des meilleurs, peut-être aurais-je pu me battre avec Petrucci. Mais à partir de Crutchlow ce n'était pas possible, car ils étaient plus rapides. Nous allons essayer de progresser. »

    Au classement du championnat, Valentino Rossi conserve sa deuxième place mais perd encore du terrain sur Marc Marquez, qui dispose désormais de 59 points d'avance. Surtout : à ses trousses, Jorge Lorenzo et Andrea Dovizioso sont revenus à moins de 15 longueurs.

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

  11. Xavier Artigas a remporté la première course de sa carrière en Red Bull MotoGP Rookies Cup à Spielberg. Can Öncü a fait un pas de plus vers le titre.

    Un peu moins d'un mois après l'épreuve du Sachsenring, les jeunes talents de la Red Bull MotoGP Rookies Cup faisaient leur rentrée ce week-end à Spielberg, à l'occasion du Grand Prix d'Autriche. L'un des enjeux du week-end était de savoir si Can Öncü, dominateur du championnat, allait décrocher le titre. C'était mathématiquement possible, mais difficilement envisageable. De titre, il n'y a effectivement point eu. En revanche, l'étape autrichienne a été celle des premières.

    Première pole, tout d'abord, pour Ryusei Yamanaka. Le Japonais de 16 ans a ensuite remporté sa toute première victoiresur le Red Bull Ring, lui qui était déjà monté quatre fois sur le podium, dont deux cette saison. Il n'a cependant pas pu réaliser le doublé, terminant septième en deuxième manche.

    Une seconde course gagnée par le jeune (15 ans) Xavier Artigas, qui était très à l'aise à Spielberg puisqu'arrivé deuxième derrière Yamanaka la veille. Le Catalan, qui effectue sa première année en Rookies Cup, a donc également ouvert son compteur et remonte à la deuxième place du classement du championnat.

    Un classement toujours dominé par Can Öncü, à nouveau dans le coup ce week-end. En terminant deux fois sur le podium (3ème/2ème), le Turc a fait le job et compte désormais 62 points d'avance sur son premier poursuivant, son frère Deniz. En sachant qu'il en restera 50 à distribuer à l'issue de la prochaine course, à Misano, Öncü a toutes les chances d'y décrocher la couronne.

    Du côté des Belges, Barry Baltus est allé chercher 4 points de plus en deuxième manche, après avoir échoué au seizième rang le samedi. Sasha de Vits ramène lui une unité d'Autriche, prise lors de la première course. Prochain rendez-vous le 8 septembre sur le Misano World Circuit Marco Simoncelli.

    Rookies Cup, classement général après Spielberg :

    1. Can Öncü - 196 pts

    2. Deniz Öncü - 134 pts (+62)

    3. Xavier Artigas - 124 pts (+72)

    4. Filip Salac - 122 pts (+74)

    5. Ryusei Yamanaka - 104 pts (+92)

    9. Barry Baltus - 51 pts (+145)

    14. Sasha de Vits - 23 pts (+173)

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

  12. C'est un Andrea Dovizioso déçu, qui à la suite de sa troisième place obtenue lors de la course sur le circuit Red Bull Racing, s'est confié au micro du site MotoGP.com :

    « J'étais hélas troisième mais je ne pouvais pas piloter la moto comme je le souhaitais. Je pense que c’est à cause du choix des pneus car nous avions tous les trois, fait des choix différents. J’ai tenté de dépasser Jorge mais au freinage c'était vraiment très compliqué. J’ai peut-être trop usé le pneu arrière, je ne sais pas. Je suis très déçu d'autant que nous étions très rapides et nous voulions cette victoire mais cela n'a pas été possible. J'en suis navré. Au moins, c’est quand même un pilote Ducati qui a remporté la victoire ».

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook



  13. Marc Marquez a fini second lors du Grand prix d'Autriche sur le circuit Red Bull Racing derrière Jorge Lorenzo, son futur coéquipier en 2019. Interviewé par MotoGP.com, il a déclaré, à propos de cette course à rebondissement :

    « Je me suis beaucoup amusé. Je finis second mais j’ai vraiment  tout donné. Au début j’ai attaqué fort car j’avais le pneu dur arrière et je pensais pouvoir m'échapper mais après ils m’ont rattrapé. J’ai essayé de me défendre mais, comme vous avez pu le voir, c’était dur dans la ligne droite, Jorge me repassait, il était plus rapide. Je suis content car j’ai tout donné, on a fait le spectacle, j’ai pris du plaisir. On prend des points pour le Championnat, après avoir tout donné, c'est très bien. »

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook


  14. C'est un Jorge Lorenzo tout heureux de sa victoire qui s'est exprimé au micro du site MotoGP.com à la suite de cette course qui nous a tenu en haleine jusqu'au bout :

    « Je ne pensais pas que Marc serait si rapide au début. Son souhait était d'attaquer pour creuser l'écart tout de suite. Pour ma part, le but était de ne pas le laisser faire bien sûr mais j'étais dans l'obligation tout de même de gérer mon pneu. A dix tours de la fin j’ai tenté d’attaquer, je suis revenu et j'ai pris la première place. Il m'a repassé, il était vraiment fort. Je savais qu’il tenterait le tout pour le tout même si j'étais plus fort dans certains endroits. Dans le dernier tour, je ne pense pas qu'il s'attendait à ce que je l'attaque par l’extérieur à l’accélération. J’ai poussé à la limite, j'ai pris beaucoup de risques au freinage mais je l’ai fait, c’est incroyable. C’est l’une de mes plus belles victoires en MotoGP ».

     

     

     

     

     

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

     


  15. 28 tours sont à couvrir pour les pilotes MotoGP à l’occasion du Grand Prix d'Autriche sur le circuit de Red Bull Ring chauffé à 41 degrés, l’air ambiant est de 27 degrés. 

    Le duel opposera aux avants poste Marquez , le Poleman, face à Andrea Dovizioso et Jorge Lorenzo qui officiera en tant qu'arbitre.

    Très bon départ de Dovizioso qui prend les commande sdevant Marquez et Lorenzo. Marquez attaque dans la foulée ce qui permet à Lorenzo de prendre la tête du peloton tandis que Dovizioso est relégué en troisième position.

    Après un tour, Marquez mène la course devant Lorenzo et Dovizioso. Zarco est neuvième, les Yamaha pointent dixième pour Rossi et seizième pour Vinales.

    Marquez est le plus rapide en course, il emmène dans son sillage les deux Ducati de Lorenzo et Dovizioso qui tentent de le suivre..

    L'écart entre les trois premiers sur le suite du peloton est marqué, après cinq tours à peine. Crutchlow, sur la Honda est quatrième, il est le meneur du groupe qui entraine Petrucci et la suzuki de Rins qui est sixième.

    Marquez fait descendre les chronos et lâche progressivement les Ducati. Dovizioso est plus rapide que son coéquipier Lorenzo qui de fait le ralenti laissant tout à loisirs au Champion du Monde en titre de prendre la poudre d'escampette. Il doit le dépasser...

    Après dix tours, le classement est le suivant : Marquez, premier devant Lorenzo second et Dovizioso, troisième. Crutchlow se maintient à la quatrième place devant Petrucci sur la Ducati et Rins, sixième sur la Suzuki. Rossi est huitième, Zarco est onzième, tandis que Vinales est quinzième. 

     A la mi course, l'écart entre la Honda de Marquez et les deux Ducati de Lorenzo et Dovizioso tend à diminuer, elles reviennent sur Marquez, ce que confirment les temps réalisés : 1.24.704 pour Marquez contre 1.24.632 s pour lorenzo et 1.24.589s pour Dovizioso.

    Encore dix tours, Lorenzo est dans la roue de Marquez, il fait un écart en tentant un dépassement sur la Honda, ce qui ne profite pas à Dovizioso qui reste troisième tout en faisant un bref passage hors trajectoire. Lorenzo fait le forcing et parvient à dépasser Marquez..

    Mais la réponse de Marquez est immédiate, il reprend les rennes de la course à neuf tours du drapeau à damiers.  

    Derrière les positions sont inchangées : Crutchlow, quatrième, Petrucci, cinquième et Rins sixième. Rossi est septième après avoir dépassé Pedrosa. 

    Encore sept tours à couvrir et Lorenzo parvient à prendre le meilleur sur Marquez qui prend de fait la second place, Dovizioso est décroché du duo de tête, il se maintient malgré tout troisième. 

    De son côté, Rossi parvient à se débarrasser dela Suzuki de Rins, il est désormais sixième.

    A trois tours du final, Marquez porte une estocade sur Lorenzo qui s'avère payante, il reprend la tête de la course. Mais Lorenzo réplique dans la foulée, manquant de faire tomber Marquez...Cà chauffe !!!

    Dernier tour, Marquez reprend aussitôt sa première place mais Lorenzo s'accroche et insiste...il la veut cette victoire !!!

    Lorenzo franchit la ligne d'arrivée en Vainqueur devant Marquez et Dovizioso troisième. Quatrième, Crutclow, cinquième Petrucci, Rossi, sixième, Pedrosa, septième, huitième Rins, Zarco, neuvième et dixième Bautista.


    Au Championnat :

    Marquez : 201 points

    Rossi : 142

    Lorenzo :  130

    Dovizioso  : 129

    Vinales : 113

    Petrucci : 105

    Zarco : 104

    Crutchlow : 103

    Iannone : 84

    Rins : 66

    Pedrosa : 66

    Miller : 61

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook


     


     





     

     

     

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

     




  16. Les pilotes du Moto2 vont s’élancer sur la piste Red Bull Ring, pour vingt cinq tours sous un ciel légèrement ombragé, avec une piste chauffée à 39 degrés. Il fait 25 degrés dans l’air.

    C'est le trio Bagnaia, Oliveira et Qartararo qui va sélancer de la première ligne sur la grille de départ. Il faudra compter sur des troubles fêtes tels que Schrotter et Marquez qui ont réalisé un bon Wup ce matin en réalisant les premiers et troisième meilleurs temps.

    C'est Olivieira qui prend de suite le meilleur sur Bagnaia. Poussette entre Bagnaia et Quartararo dans le virage 1, releguant le pilote Français à la 21ème place. Navarro est second et Bagnaia troisième. Marquez est quatrième.

    Les trois premiers se détachent rapidement du reste du peloton. Chute de Baldassari, Fernandez et Corsi dans le virage 3. Chute également de Gardner dans le virage 6.

    Après cinq tours, Bagnaia passe Navarro et est désormais second derrière Oliveira, qui poursuit son effort en tête de course. Quartararo poursuit sa remontada, il est douzième derrière Fenati. 

    Après huit tours, les positions se déclinent ainsi : Oliveira, premier, Bagnaia second, Navarro, troisième, Marquez quatrième et Pasini cinquième. 

    L'écart se réduit peu à peu entre Oliveira premier et Bagnaia second.Ce dernier fait le forcing en alignant les temps au tour,  et a le Portugais à sa portée. Il est désormais dans sa roue à quatorze tours du but. 

    Derrière le duo de tête, Pasini est troisième devant Marquez quatrième et Marini cinquième.  Quartararo, onzième, ne parvient à forcer le trait pour revenir. 

    A dix tours du but, Bagnaia ne parvient pas à prendre le meilleur sur Oliveira, le leader de la course qui garde le cap. La KTM est redoutable en accélération mais la KALEX est bien meilleur au freinage..mais cele ne paie pas pour le moment, Bagnaia est contraint de rester derrière et d'attendre son heure.

    Chute de Lowes dans le virage 9, une de plus...

    A sept tours du but, Oliveira tient la dragée haute à Bagnaia second. Marini est potentiellement le troisème pilote sur le podium. Marquez est quatrième et Pasini, cinquième. 

    Cà chauffe entre les deux premiers à quatre tours du final, tour à tour, ils sont leaders, mais Oliveira reprend son bien. 

    Dernier tour, les deux pilotes, Oliveira et Bagnaia sont au coude à coude tandis que Marquez passe Marini et est désormais second sur le podium. Mais il chute dans la foulée à quelques mètres de la ligne d'arrivée.

    Olivieira se laisse embarqué par Bagnaia deux virages avant l'arrivée, il se loupe au freinage et ne parvient pas à reprendre la trajectoire laissant ainsi filer la victoire qui revient à Bagnaia. 

    Troisième, Marini, quatrième Pasini et cinquième Navarro. Quartarao finit neuvième.

    Au Championnat Bagnaia est en tête avec 189 points contre Oliveira second avec 186 points. Marquez est troisième et Binder quatrième.

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook


     


     

     

     

     

     

     


     

     

     

  17. Bezzecchi, le Poleman, et toute la troupe du Moto3 va s’élancer sur le circuit Red Bull Racing sous un soleil déjà haut dans le ciel, il fait 23 degrés dans l’air et 26 sur la piste. 23 tours sont à couvrir.

    Passage au 1er virage avec Bezzecchi en tête devant Martin, Rodrigo, Arenas et Arbolino cinquième.

    Les quatre premiers se détachent peu à peu.  Martin au vu de sa convalescence va -il pouvoir suivre le rythme de Bezzecchi ?

    Pour le moment, il lui met la pression mais subit la même pression par Rodrigo qui le suit..Martin après trois tours, se fait manger par ses deux poursuivants que sont Rodrigo et Arenas.

    Martin bataille et parvient à reprendre sa position derrière Bezzecchi qui enfonce le clou et prend le large en réalisant le meilleur temps au tour. 

    Après cinq tours, Bezzecchi tourne en 1.36.871s, il est premier, suivi par Martin qui tient le coup malgré la pression que lui met Arenas. Masia est quatrième et Rodrigo cinquième.

    Della Porta revient en force en 1.36.363s et dépasse Rodrigo. Bezzecchi malgré l'effort, ne parvient à lâcher ses poursuivants.

    Masia profite de l'écart d' Arenas pour le doubler, il est désormais troisième et a dans son cran de mire, Martin qu'il dépasse à onze tours du but. Mais Martin ne lâche rien, il repasse second devant Masia et Arenas. Bastianini prend le meilleur sur Dallaporta tandis Migno part au tapis dans le virage 10. 

    A neuf tours du drapeau à damiers, les positions sont les suivantes : Bezzecchi, premier, Martin second, Masia troisième, Arenas quatrième et Bastianini cinquième.

    A trois tours du but, la lutte est engagée entre Bezzecchi et Martin pour la première place. Bezzecchi tient bon face aux assauts de l'Espagnol. Masia troisième et et Arenas quatrième peuvent profiter à tout moment d'un écart des deux leaders, ils observent patiemment le duel devant eux. Masia passe Martin et passe second. On est dans le dernier tour. 

    Coup d'éclat dans le dernier tour, Bastianini déboule et chipe la seconde place à Martin.

    Victoire de Bezzecchi devant Bastianini second et Martin, troisième. Arenas finit quatrième et DallPorta cinquième.

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

     

     

     

     

     


     

     

     

  18. C'était attendu depuis quelque jour mais ce que l'on ne savait c'est "Qui " allait devenir le futur pilote Essayeur de l'équique KTM. La blessure de Mika Kalio et celle de Pol Espargaro ont accéléré les choses dans la recherche d'un pilote d'essai.

    Eh bien c'est officiel depuis ce matin cela a été annoncé, en terres Autrichiennes, berceau de KTM.

    C'est ainsi Randy Punietqui va s'y coller. La RC16 qu'il pilotera n'est pas une moto innconnue pour le Français puiqu'il a déjà piloté il y a deux ans à l'occasion de mises au point.

    « tout d’abord, je souhaite un prompt rétablissement à Mika Kallio. Je suis heureux de revenir après presque deux ans, je ferai de mon mieux pour aider l’équipe dans le travail sur la KTM RC16» a ainsi déclaré le pilote Français.

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

     

     

  19. Le WarmUp MotoGP va débuter sous un ciel bleu laissant présager le beau spectacle que nous offriront les pilotes MotoGP à l'occasion de la course qui débutera à 14h toute à l'heure.

    Il fait 23 degrés dans l’air et 25 degrés sur la piste. C’est l’heure pour Dovizioso de confirmer sa bonne forme d’hier.

    Le temps de référence est effectué par Petrucci en 1.26.666s. Mais très vite, Lorenzo prend les commandes en 1.25.553s. il est bien vite ejecté de sa position par Rins qui améliore en 1.25.336s. Il est suivi par Marquez et Crutchlow. Les Honda semblent bien et les chronos tombent peu à peu, Marquez passe aux avants poste  en 1.24.380s devant Lorenzo. Dovizioso est cinquième en 1.24.944s. Zarco n'est que quinzième à 11 min de la fin de séance.

    A noter la quatrième place de Smith sur la KTM qui oeuvre à domicile ! Les Yamaha sont classées dizième (Rossi) et quinzième (Vinales).

    Dans le virage 10, Iannone fait un petit tour dans le bac à sable : il est cinquième meilleur temps en 1.24.846s devant Smith. 

    Marquez annonce la couleur en affichant un temps de 1.24.239s à 2min de la fin de séance, il est imité par  Dovizioso qui réalise le meilleur temps en 1.24.138s dans la dernière minute et confirme sa bonne forme d'hier.N'oublions que le pilote Italien a été victorieux sur ce même circuit lors de l'édition 2017.

     Lorenzo finit troisième devant Marquez. Iannone est quatrième et Crutchlow cinquième. Vinales est dizième derrière pedrosa neuvième, Rossi est douzième, dur dur pour les Yamaha. Zarco est classé quatorzième. 

     

    Stay tuned !

    Rejoignez-nous sur Facebook

     

     

     

     

     

     


  20. C’est Bagnaia qui a réalisé la pole lors des qualifications Moto2 hier à l’occasion du Grand prix d'Autriche sur le circuit Red Bull Racing. 

    Olivieira partira second depuis la grille de départ et Quartararo troisième. Les deux pilotes voudont venir contrecarrer les plans de l'Italien à aller décrocher la victoire.

    Le temps de référence est réalisé sur une piste chauffée à 22 degrés par Mir en 1.31.621s. Il est bousculé par Marquez qui affiche rapidement un temps de 1.30.817s. Oliveira, le pilote KTM, le leader du Championnat, réplique en 1.30.564s. 

    A noter la cinquième postion du Poleman, Bagnaia en 1.30.754s. Quartararo est septième en 1.31.009s.

    Oliveira frappe fort en fin de séance en 1.30.254s. Il est malgré tout battu par Schrotter en 1.30.242s, sur lequel, il faudra compter lors de la course. Il est suivi par Marquez (1.30.478s), troisième. Bagnaia finit quatrième et pasini cinquième. Quartararo est dizième.

     

    Stay tuned !


    Rejoignez-nous sur Facebook

     

     

     

     

     

     


TOP